partir, écrire, revenir

 Pas facile…

une joie de retrouver son chez soi

une appréhension de retrouver le quotidien.

Yelael, du haut de ses 16 mois, reconnait l’appartement : des pleurs et un refus d’entrer quand nous ouvrons la porte ; une joie en retrouvant sa chambre.

Les réveils sont matinaux et les couchers précèdent ceux du soleil. Nous nous remettons rapidement du décalage horaire.

Christophe reprend le chemin du travail… souffrant d’être enfermé toute la journée. Kristelle a encore un peu de temps.

Que reste-t-il de ces mois NéoZélandais ?

un anglais pas parfait mais bien amélioré ; une Ecoute de nous 3 ; des paysages ; de belles rencontres ; des kgs en moins ; un bien être chez soi et une envie toujours plus forte d’Ailleurs, de nouveaux Horizons.

Le blog se ferme pour quelques temps. Avait il une raison d’être ? nous nous posons encore la question…

Faut-il couper quand on part ? quelles relations avec ceux qui nous sont proches ? quelle place accorder à internet, ce lien ? quel partage ?

que chacun puisse vivre ses rêves…

Catégories: Non classé | 2 Commentaires

dernière étape (avant un prochain départ !! quand ? où ?)

Une dernière balade le long de la Mer de Tasmanie….

 

 

 

 

et déjà le flot des aéroports, des heures d’avion, des heures d’attente nous happent.

Le sol NéoZélandais se dérobe sous nos pieds.

Les au-revoirs qui sont peut être des adieux

et nous survolons Auckland, le nord de l’Ile du Nord et ensuite l’Océan, pendant de nombreuses heures.

Une escale de 15h à Séoul et un ultime vol durant lequel les hotesses parlent en français.

Il reste à prendre le TGV, le bus et la voiture pour ouvrir la porte de l’appartement, riches de ces mois partagés à l’autre extrémité du globe.

jeux à l’aéroport de Séoul

 

 

 

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

étape 15 : Auckland

Nous voilà à Auckland ! Enfin plus précisément à Waimauku, chaleureusement accueillis dans la famille de Monica et Franck.

Nos journées se passent entre la ferme et la grande ville à une heure en transport en commun. Très très grande ville (avec ses 1,6millions d’habitants, Auckland est 10 fois plus grande que la capitale Wellington). Les buildings, la grande tour. Et l’Eden Park… le fameux stade où a eu lieu la finale de la Coupe du Monde de Rugby en octobre dernier.

Mais ce qui nous impressionne le plus reste… la forte présence asiatique ! La population que nous croisons dans les rues et surtout, les enseignes des magasins écrites conjointement en anglais et en langues asiatiques.

 

Quand nous ne sommes pas à déambuler dans les rues bruyantes mais accueillantes du fait de la mer voisine, nous nous occupons du cochon, poules, vaches, chien, chat de la ferme. Yelael va plusieurs fois par jour faire « toudou » aux animaux ; le reste du temps elle se plait sur le trampoline de la maison.

 

 

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

étape 14 : Cape Reinga

 

Le temps passe… nous voilà tout au Nord de l’Ile du Nord, sous la pluie.

Cape Reinga…

la beauté d’un phare

plage, dune, rocher

et cette curiosité de voir la Mer de Tasmanie rencontrer l’Océan Pacifique : les vagues se heurtent loin des cotes !

Le point négatif… nous avons été découvrir cette extrémité avec un groupe en car. Et sur la journée de voyage, les pauses « café, resto » ont été plus nombreuses que celles balades ! Nous n’avons vraiment pas apprécié le rythme (et Yelael encore moins pluisqu’elle a vomi deux fois en route :-)

Heureusement qu’il est magnifique ce cap… mais au final, avis aux amateurs, la virée n’en valait pas le coup !

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Et voilà notre cadre de camping ! sympa en cet automne de se réveiller en regardant la mer et de s’endormir bercés par les vagues. L’époque n’est plus au tourisme ici… nous somms souvent seuls dans les campings.

 et oui c’est vraiment l’automne ! 

nous sommes juste à 18 000 km de Londres

Catégories: Non classé | 1 Commentaire

étape 13 : Coromandel

Une péninsule non loin d’Auckland…

de nombreuses résidences secondaires et encore des endroits déserts, uniquement peuplés de forêts de conifères ou de paturage verdoyant de moutons. Le Pacifique découpe la côte rocheuse et ses vagues viennent violemment s’y écraser, entre bleu et blanc.

 

 au hasard d’une balade

 

 

Un regard sur Hot Water Beach, où Christophe se brule les pieds dans de l’eau bouillante (au sens propre !). Une roche volcanique peu profonde sous la plage… alors il suffit de creuser un trou dans le sable et l’eau qui perle est brulante. De quoi attirer nombreux touristes, tous équipés d’une pelle.

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

un réveil difficile

Au réveil nous nous connectons pour suivre les résultats de la Présidentielle, en direct de la Soirée en France.

Bien que vivant à fond notre voyage, notre découverte de la Nouvelle Zélande, nous avons tenu à suivre occasionnellement l’actualité, via internet. Ainsi ces dernières semaines nous avons été très à l’écoute de la situation au Mali, pays qui nous est cher.

Et nous tenions à suivre la Présidentielle bien sur.

Des espoirs avec certains sondages.

Et ce matin, une grosse amertume (le mot est faible) quant à la 3ème place. Un écoeurement qui s’accroit quand nous regardons les résultats dans ce département où nous habitons depuis quelques années, ce village qui est le notre.

Faute de mieux, nous espérons au moins fêter la défaite de Sarko dans deux semaines…

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

petits clins d’oeil

Petit clin d’œil aux bouzywoodiens, au Papou à la « boite aux lettres non conforme » [dixit le facteur] et aux amis facteurs :

lors de notre périple à Farewell spit, les habitants et plus particulièrement leur boite aux lettres nous ont rappelés un petit village proche de Bouzy Wood. Nous laissons les (quelques…) spécialistes apprécier !!

 recyclage de micro-ondes !

 

Autre petit clin d’œil, cette fois-ci pour Fabrice, notre (futur) fournisseur de légumes AMAP :

nous sommes désormais habitués à ce  »standard »  et nous espérons que nos futurs paniers seront présentés de la sorte…;-))

 

 

Et un dernier clin d’oeil au Tonton Olivier et autre famille et amis rugbymen et sportifs en général :

ici : on est très très sportif ou on est très très gros ! Il y a ceux qui font du sport dès qu’ils le peuvent et ceux qui vont au fastfood dès qu’ils le peuvent,  et quelques entre deux.

Le vélo ? À 1 an les bébés sont sur une draisienne, à 2 ans ils font du vélo tout seul dans la rue à la suite des parents.

Le rugby ? Dès la naissance on assiste aux matchs, à 3 ans on fait partie de l’équipe locale. Quand nous avons assisté à un entrainement des petits de 3 ans (sous forme très ludique et sympa!)… Yelael essayait d’attraper les ballons !

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

étape 12 : Rotorua

A une centaine de kilomètres des volcans du Parc Tongariro, se trouve la ville de Rotorua.

Autant dans l’ile du Sud, ville signifiait toute bourgade de plus de 300 habitants. Autant dans l’ile du nord, les villes sont peuplées !

Rotorua… 70 000 habitants ! qui vivent… entre fumerolles, boue bouillante et forêt hantée par les vapeurs d’eau et de minéraux sortant du sol. Un geyser jaillit chaque heure, à quelques centaines de mètres du centre ville.

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.
des couleurs surprenantes dans ce lieu nommé « la palette du peintre »

 

 

 

 

 foret hantée par les vapeurs

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

 un « faux » geyser… que nous étions déçus en allant voir ce geyser « qui jaillit chaque jour à 10h » de comprendre qu’il ne jaillissait que… parce qu’un homme met du produit dedans pour le faire mousser et satisfaire tous les touristes que nous sommes…

 un vrai geyser

 

 spectaculaires les boues bouillonnantes !

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

 

 

 

Cette activité géologique en fait aussi un lieu sacré pour les Maoris encore nombreux dans la région.

Catégories: Non classé | Commentaires fermés

la tente

Voilà plus de deux mois que nous campons chaque soir.

C’est réellement devenu notre maison ce bout de toile fait pour 3 personnes. Yelael y a son coin, nous le notre, délimité par nos sacs à dos. Même si certaines nuits nous la retrouvons à l’autre bout de la tente, bougeant dans son sommeil.

Nous la montons tous les 2-3 jours, en changeant de lieu.

 

Elle nous a valu deux nuits de frayeurs…

A Wanaka un soir de tempête. Yelael s’endort dès que nous la couchons ; pourtant le vent envoie ses bourrasques jusque sous la tente. Pendant 3 heures (que c’est long parfois 3 heures !), nous tenons les arceaux. Christophe appréhendant que les arceaux cassent et que la tente ne se déchire. Kristelle craignant que les marrons et petites bracnhes qui tombent sur le couvre-toit ne soit que l’amorce de la chute du marronnier sous lequel nous dormons. Nous pensons aux marins en pleine mer houleuse… la tempete s’arrête dans la nuit et nous soufflons.

Hier soir à Rotorua, un soir de pluie. La tente montre de signe de faiblesse coté étenchéité depuis quelques temps. Nous l’avons réimperméabilisée mais cela ne semble pas suffire. La pluie ne cesse pas, de plus en plus violente. La couverture de survie sous les duvets… mais déjà les cotés de la tente sont mouillés. Nous planifions notre nuit au cas où il faille évacuer une tente inondée d’urgence. Finalement… elle a tenu ! les bouts des duvets sont humides, les cotés trempés mais pas nous !

Yelael n’a rien senti. La tente, son duvet… c’est vraiment son chez elle. A Wellington, nous avons passé 4 nuits en chambre. Les 2 premières nuits ont été très dures : « qu’est ce que c’est que cet objet « lit » ? réveils en pleine nuit avec des pleurs « où suis-je dans cette immensité de plus de 3m² » ? quand elle a revu la tente 4 jours après, ses cris exprimaient sa joie.

 

Mais il faut la porter cette tente. Nos dos commencent a réellement souffrir du poids des sacs. Surtout que certaines affaires ne sous servent pas, à commencer par le réchaud (puisque ici les campings sont tout équipés). Nous avons réduit nos vêtements. 1 pantacourt, 1 panlong, 3 teeshirt suffisent amplement. Nous avions prévu trop. Et dans l’ile du nord, guère besoin de réserve de nourriture (contrairement aux 5 jours d’autonomie que nous transportions souvent dans l’ile du Sud). Toutefois, la tente, les duvets, les vêtements, les couches et le matériel pour faire à manger cela pèse ! Escargots, nous poursuivons avec joie notre chemin.

Catégories: Non classé | 1 Commentaire

étape 11 : Tongariro et les volcans

Tongariro Park et sa région

Nous voilà en terre volcanique.

Dernière éruption il y a une dizaine d’années. Les fumées de vapeur hantent les forets de pins, les sommets ont une forme conique, les pierres ponces jalonnent le sol aux couleurs blanches, jaunes, rouges.

Nous randonnons dans le Tongariro Park, Yelael découvre ses premiers volcans (même si elle avait randonné sur de la lave, via le ventre de Kristelle quand nous étions en Islande). A 1700m d’altitude, il fait vraiment froid en cet automne. Nous aimerions aller plus loin, plus haut, plus près des cratères… mais ce n’est pas facile pour Yelael.

 

 

 le cratère, ses fumées  et ses couleurs…

pause fruits secs au col !

nous ne sommes pas les seuls à grimper aux cratères en ce week end de Paques !

 

 

Yelael apprécie particulièrement les baignades, notamment ici dans les sources d’eau chaude. L’eau d’un ruisseau en apparence comme les autres… sauf que l’eau est à 40°.

 

Catégories: Non classé | 1 Commentaire